Partagez | 
 

 La courbe des prix... [PV Elil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorcier
Lysiopé Steiro
avatar


Messages : 113





Feuille de personnage
But sur Amarth: Voir ou ses pas la mène.
Localisation actuelle: Rodord
Inventaire:






MessageSujet: La courbe des prix... [PV Elil]   Sam 13 Juil - 10:18

Le matin lorqu’elle s’était réveillée seule la sorcière avait instinctivement glissée sa main sous son oreiller pour s’assurer qu’elle n’avait pas rêvé. Visiblement non car elle avait trouvé la bourse que lui avait donné Torrhen Waldemar la veille pour organiser leur voyage. Un long moment elle avait compté et recompté leur total, réfléchissant à l’utilité de chaque pièce passant entre ses doigts. Elle allait pouvoir voir la terre des dragons. Ça avait presque été trop facile. Pauvre petit homme délaissé par son épouse, elle n’en n’avait fait qu’une bouchée tant il voulait rêver et être écouter. Tant pis pour l’épouse elle était bien sotte. Tor était si fort et si beau, il y avait pire comme mariage, Lyse n’avait pas eu à se forcer beaucoup.

Maintenant il lui fallait prendre un bain, elle s’offrit le plaisir de faire monter de l’eau chaude à sa chambre ainsi que du savon autre que le noirâtre qu’elle se fabriquait avec des plantes. Après s’être lavée de la tête au pied, elle avait enfilé son pantalon en cuir caramel ainsi que sa robe brunâtre visiblement fatiguée. Elle s’était coiffée simplement, une simple tresse en cascade encerclait sa tête et le restant de ses cheveux étaient lâchés. Avec un rouge qu’elle s’était également fabriqué elle tamponna sa petite bouche pour lui donner une allure un peu plus sensuelle.  Les seuls bijoux qu’elle possédait était les jolis boucles en saphir et rubis offertes par Tor, ça n’allait pas vraiment avec sa tenue, nue ça passait, mais habillée elle serait passé pour une voleuse. Lyse décida de s’en passer et se contenta d’enfiler ses bottes.  Une fois sa bourse attacha à sa ceinture elle sortit.

Tout d’abord il lui fallait deux bons chevaux qui l’aideraient à transporter le restant de ses achats. Lyse n’avait pas peur de devoir gérer deux bêtes, elle n’était pas une petite bourgeoise, elle savait très bien faire ça, toute petite elle s’occupait d’aller nourrir les chevaux au retour de son père, son frère et son cousin.  A son aubergiste elle demanda où se vendait des chevaux, il lui répondit et elle se rendit sur place. Là-bas elle se décida pour des chevaux rapides, ils seraient sûrement obligés de s’éloigner vite et ne garderez probablement pas leur bête sur le bateau alors inutile de chercher des endurants.  Lors du marchandage elle fut intransigeante, elle ne connaissait pas tellement les prix, mais elle imita à la baise un autre acheteur.

Maintenant les habits, elle les acheta robustes et chauds, deux paires pour chacun afin d’alterner. La sorcière acheta également de quoi coucher au chaud et au sec.  Après cela ce fut au tour de la nourriture, elle l’a choisi de longue conservation, des fruits secs,  des fèves, des lentilles, de l’avoine, pour la viande elle chasserait ou pêcherait. En complément elle acheta une petite marmite, un bon couteau et deux gourdes. Elle en possédait pourtant une, mais elle était vieillissante et fuyait. Au fur et à mesure que la journée passait la liste de ses achats à faire diminuait. Bientôt elle n’eut plus qu’une chose à acheter, quelque chose qu’elle devrait cacher et qui malheureusement coûtait très cher : des épices. Ces dernières étaient utiles pour ses potions (en dehors de la cuisine).

Cela faisait des semaines qu’elle y songeait, alors elle avait parfaitement préparé le terrain, elle savait qu’un marchand itinérant était de passage et qu’avec un peu de chance elle pourrait négocier de bon prix. La rumeur le disait célibataire et elle n’avait jamais promis à Tor fidélité (sensuelle du moins). Avant  d’entrer dans l’auberge ou il logeait, elle se remit un peu de rouge sur les lèvres, elle pensa à délasser un brin le haut de sa robe, mais elle songea que ça rendrait peut-être trop évident ses pensées et préféra finalement s’en abstenir. Pour se donner un air timide elle se pinça les joues qui rougirent sous l’agression. Le regard rasant le sol elle frappa à la porte de sa chambre. Quand il ouvrit elle visa ses yeux plutôt que de regarder s’il était agréable à regarder. Lyse espérait bien le troubler, ne serait-ce qu’un peu.

- Vous êtes bien vendeur d’épice ? On m’a conseillé de venir vous voir pour mes achats. Je m’appelle Lyse.

La sorcière eut un faux sourire timide, enfin presque entièrement faux, elle avait en réalité un peu peur qu’il lui ferme la porte au nez. Il ne devait pas être habitué à voir une fille comme elle acheter des épices, même les servantes des maisonnées riches étaient mieux habillées qu’elle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞













MessageSujet: Re: La courbe des prix... [PV Elil]   Dim 21 Juil - 11:19

L’auberge ne payait pas de mine mais la chambre était confortable. Il y avait un lit simple mais bien douillet, un luxe appréciable après de long voyage, une table et une grande armoire qui pouvait être bloquée, fermée à clé par un cadenas, une aubaine pour le jeune commerçant qui y rangeaient ses marchandises. Ses compagnons de voyage, ses collègues se partageaient la chambre d’à coté qui avait deux lits. Les chambres se fermaient elle aussi à clé et offrait Les alentours était calmes et ses client aussi, ce qui offrait un apaisement aréable dans la capitale grouillant  Elil avait coutume de s’arrêter ici lorsqu’il venait sur Ilasque. Ses clients savaient ainsi où le trouver pour leur affaires, lorsqu’il n’était pas lui-même en déplacement à leur domicile. Il n’était pas rare qu’on vienne frapper à la porte de sa chambre dans cet auberge pour effectuer leurs achats. Il composait avec et surtout avec les horaires de ceux-ci qui n’hésitait pas à le réveiller des 6h du matin pour faire leurs emplettes. Le client était roi mais se présenter dès l’ouverture de l’auberge avait toujours le don d’ennuyer le marchand, sans qu’il ne le laisse paraitre à ses très chers clients qui recevait toujours de lui une grande amabilité.

Il s’était vétu d’un pantalon et d’un haut rapidement avant de lui ouvrir la porte avec un grand sourire, l’accueillant agréablement malgré l’heure fort matinal. Quelque soit la situation, il ne pouvait priver un de ses clients de ce service, surtout un aussi fidèle et bon que celui qui s’était présenté ce matin là. Un qui revenait si souvent lorsqu’il était sur Ilasque qu’il s’appelait par leur prénom et connaissait quasiment toute la vie de celui-ci, ce qui était avantageux pour les affaires. Il lui vendit une belle quantité de feuille de thé et le raccompagna en bas comme il s’y rendait pour prendre un petit déjeuner. Les clients défilèrent toute la matinée dans cette chambre tandis que ses camarades rendait visite aux restaurants pour les réapprovisionner de ses denrées nécessaire à leur cuisine.

Jusqu’à midi il vit plus de client dans sa petite chambrée que sur la place du marché qu’il avaient tenu la veille. Tous les habitués ne prenait même plus la peine de se déplacé dans la foule du marché et de le chercher entre les stands, cette auberge leur paraissait plus pratique et ce ne génait nullement l’aubergiste qui ne les avait pas encore mis à la porte malgré les années qu’ils s’arrêtaient dans celle-ci lors de leur séjour à Ilasque. Son père même avait l’habitude de descendre ici avant même qu’Elil ne rejoigne les voyageurs. Malgré le dérangement, l’aubergiste devait trouver son compte dans de si fidèle client de son auberge, et si réputé comme il semblait parfois que toute la ville venait les voir. Nombreuse étaient les servantes et les cuisiniers de grande maison qui venait pour conclure les affaire de leur imminent patron, mais certain grand nom de la ville venait aussi directement choisir leurs épices auprès d’Elil comme si c’était une tâche qui ne pouvait être du qu’au maitre de la famille.  Quoiqu’il en soit, le coffre de trésorerie garder dans le placard à marchandise s’emplissait d’argent d’une manière tout à fait satisfaisante pour le jeune commerçant.  

L’après midi était souvent plus calme et il le fut mis le jeune homme ne pouvait se permettre d’abandonner sa chambre si l’un ou l’autre venait. Il lut le journal qu’il avait trouver  dans le restaurant de l’auberge, sans doute oublier par un homme de l’hôtel. Le courrier que dirigeait l’ordre n’apportait jamais guère d’information essentiel, c’était un tissu d’éloge à leur politique. Mais il n’avait rien d’autre à faire que de se renseigner, désirant toujours se tenir au courant de tout ce qui se passait. Une ambition assez simple lorsqu’on était commerçant et que l’on rencontrait de nombreuses personnes. L’après midi passa doucement, parfois agrémenté d’une affaire.

On frappa une nouvelle fois, doucement. Elil se dirigea vers la porte et l’ouvrit pour se retrouver face à une jeune femme blonde, vétue piteusement, l’air fausement timide comme elle le regardait dans les yeux. Il la dévisagea du regard comme elle demandait si il était bien le vendeur d’épice. Elle avait entendu dire qu’elle le trouverait ici, et se présenta comme se prénommant Lyse.

L’homme observait la demoiselle d’un air quelque peu flatteur, fronçant les sourcils face à l’allure de la demoiselle. Non seulement il ne la connaissait pas, ce qui était plutôt rare dans ceux qui se présentait  dans cette chambre, mais pas impossible. Ce qui l’inquiétait était sa possibilité à payer les épices. Elle semblait sortie des quartier les plus pauvres de la ville, sans la possibilité de s’acheter même de nouveaux vétements. Est-ce qu’un maitre pourrait laisser ne de ses domestiques si mal vétue. Il en doutait, mais ne pouvait exclure cette possibilité. Après un instant de silence, il lui sourit et prit lui aussi la parole.

« -C’est moi, en effet.  Je me nomme Elil. Qui est ce qui vous envoie ? »

]Il pensait qu’elle ne pouvait pas avoir sa propre bourse pour des marchandises aussi cher que l’était les épices. Savoir qui serait le payeur lui semblait donc essentiel, et donc le receveur de la commande… peut être même sarait il cibler ce dont il aurait besoin. Pour lui il n’y avait aucun doute qu’elle ne venait pas pour elle-même. Il n’avait jamais de tel client.

[HJésolé pour le retard]



Revenir en haut Aller en bas
Sorcier
Lysiopé Steiro
avatar


Messages : 113





Feuille de personnage
But sur Amarth: Voir ou ses pas la mène.
Localisation actuelle: Rodord
Inventaire:






MessageSujet: Re: La courbe des prix... [PV Elil]   Dim 21 Juil - 13:41

Son sale ego prit un coup, il ne la regardait que comme une pauvresse douteuse, il ne remarqua ni son parfum frais, ni ses cheveux propres, ni ses yeux saphir, ni sa peau lisse comme celle d’un bébé, ni sa taille de guêpe et ne jeta même pas un regard à ses seins tout à fait convenable qui bombait sa robe. Son visage resta de marbre, et bien tant pis pour la première impression, la sorcière finirait par se rattraper. Comment ? Là était la seule véritable question. A peine eut-elle le temps d’y réfléchir qu’il lui demandait déjà qui l’avait envoyé.

Elle n’hésita qu’un court moment. S’il était un marchand sérieux, il s’était probablement renseigné sur les familles riches de la ville, il devait connaitre le nom de Wadelmar, ce dernier serait apte à l’apaiser. Avec un peu de chance s’il écoutait les ragots ça suffirait, il devinerait qu’elle était la maitresse du dernier de la lignée, sans être sublime elle était tout de même assez jolie pour que ça ne soit pas étonnant. Et s’il ne savait elle montrerait patte blanche en ouvrant sa bourse. Peu importe qu’il sache son identité, elle lui achetait des épices, pas vraiment de quoi trahir sa fuite ou sa prochaine destination.

- Torrhen Wadelmar, capitaine de la garde d’Illasque.

Un sourire ponctua l’annonce qu’elle espérait apte à l’apaiser. Lyse finit par faire attention à l’allure du marchand, il était jeune, plutôt séduisant, pas autant que Torrhen, mais définitivement un beau morceau avec ses grands yeux bleus, sa musculature fine et ses traits fins. Si seulement il était moins froid avec elle, elle lui aurait filé une de ses fièvres et l’aurait mis KO. Enfin heureusement que Lyse ne comptait pas que sur son allure pour conclure une affaire.

- J’ai de quoi vous payer immédiatement si c’est cela qui vous affole, finit-elle par préciser en tapotant sur sa bourse. Puis-je entrer ? Le ciel est bien gris.

En effet il semblait que l’orage n’allait pas tarder à éclater, une bonne chose songea-t-elle. Lyse aurait tous le temps de négocier, pas qu’elle soit vraiment radine, mais au vu de leur expédition elle préférait prendre ses précautions, là-bas elle ne trouverait peut-être pas d’aussi intéressant pigeon de sitôt. Lyse passa une main dans les cheveux et finit par entrer quand une goutte d’eau lui tomba sur la tête. Le temps à ses yeux fut ralenti pour qu’elle observe en détail la pièce. Une armoire fermée à clé, un lit douillet, du courrier, tout ça ne l’aidait pas beaucoup à cerner le personnage, tant pis. Le temps reprit son cours normal.

- Avez-vous une liste de vos épices ? demanda-t-elle en se tournant de nouveau face à lui.

Manière détournée de montrer qu’elle savait lire et qu’elle n’était certainement pas une fille de rien non plus. Les pauvres n’apprenaient pas à lire, à quoi cela leur aurait servi.  Sans se plaindre d’être debout elle attendit. Ces années comme danseuse lui donnait une allure digne, elle était droite de la tête au pied, nullement voûtée.

HRP : Pas grave.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞













MessageSujet: Re: La courbe des prix... [PV Elil]   Sam 27 Juil - 15:17

En dehors de ses vêtements rapiécé et peu flatteur, la jeune femme n’était ans nul doute agréable avec ses longs cheveux blonds et ses grands yeux noirs, les traits arrondis et la peau pâle . Mais cette allure dénotait grandement de celle qu’il avait l’habitude de voir arborer ses clients, même le plus modeste d’entre eux ou les servantes des plus aisés. Leur vêtement semblaient mieux entretenue. Pourtant, aussi pauvre semblait paraitre cette robe, si on dépassait celle-ci, la jeune femme n’était pas physiquement marquée par le même état. Mais il doutait tout de même de la voir vivre dans un grand manoir croulant sous l’or. Elle avait peut être juste eu la chance de prendre un bain. L’idée la plus plausible à l’esprit du jeune commerçant était qu’elle fut une nouvelle servante d’une riche maison. Quoi qu’en soit, l’identité de ses client ne l’importait guère, il préférait s’assurer qu’il pourrait le payer de leur achat. C’est pourquoi, peut être un peu abruptement mais non sans un sourire bienveillant, Elil lui avait demander qui l’envoyait, préférant se rassurer sur la jeune fille.

La jeune femme lui répondit rapidement par un nom qui n’était nullement étranger aux oreilles du commercant. Torrhen Waldemar. Il était le fils d’une des très prestigieuse famille d’Illasque qu’aucun n’oserait ignorer, un fils au grade si élevé qu’il le rendait presque tout aussi respectable que s’il fut dragonnier, enfin dans la tête des gens qui conférait la valeur et le mérite au regard de l’ordre. Son nom était célèbre, mais il se fia au parole de la demoiselle qui disait être envoyer par cet homme. Il avait entendu ce matin même parler de lui, son nom était sur toute les lèvres comme une rumeur circulait qu’il avait une maitresse. Comme tous ragots, Elil avait appris à s’en méfier mais la présence de cette jeune femme envoyé par lui ne pu que le lui rappeler. Se pouvait il qu’elle soit le centre de la rumeur. Elle était plaisante, il allait sans dire. Il ne fit aucun commentaire, mais offrit un plus large sourire à la demoiselle, presque inconsciemment, rassuré par l’annonce de son garant.

Elle lui dit ensuite qu’elle avait de quoi le payer immédiatement si il en était inquiet. Il s’était interrogé à ce sujet bien sûr . Elle lui demanda la permission de rentrer comme le ciel était si gris. L’orage semblait proche en effet et le jeune homme se décala pour la laisser rentrer dans sa chambre en disant avec un peu plus de douceur.

« -Je vous en prie, entrez ! Pardonnez moi ! Je ne voulais pas vous offenser, c’est plutôt rare que de nouveau client vienne me voir directement ici. Je reçois surtout des habitués, mais vous êtes la bienvenue. » A présent qu’il avait vue sa bourse et recu le nom rassurant des Waldemar, elle ne pouvait que l’être. Il n’avait pas besoin de plus d’explication sur son identité exacte.

Elle lui demanda si il avait une liste de ses épices. Une fille surprenante sans aucun doute, derrière cette apparence qui aurait pu croire qu’elle avait un lien avec cette si riche famille et qu’elle savait lire. Elil la dévisagea un instant, quelque peu perturbé par cette jeune femme qu’il avait du sous estimer. Puis il approuva d’un signe de tête et sorti une clé de sa poche pour ouvrir l’armoire à épice, enfin l’armoire de l’auberge. Sur l’un des pans intérieurs de celle-ci se dressait épinglée une longue feuille listant de la fine écriture d’Elil l’ensemble des épices rangés par ordre alphabétique de l’ail au sumac en passant par divers poivres, piments, safran et autre curcuma ou gingembre. En tout plus d’une quarantaine de variété, pratiquement tout ce que l’on pouvait trouver dans les royaumes d’Amarth, exepté les produits elfique et de la terre d’Erume pouvait y manquer, mais qui oserait utiliser de telle denrée dans ses cuisines. De toute façon, il n‘avait aucun moyen de se les procurer puisque les habitant des deux terres ne faisait nul commerce avec les humains. Nombre d’entre elles étaient disponibles entière ou moulue et chaque article se trouvait accompagné de son prix pour 100g. Il la détacha pour la présenter à la jeune femme et la lui donner. Il ne se montrait ni froid ni particulièrement chaleureux, car après cet accueil, il doutait qu’elle verrait d’un bon œil de le voir soudainement à ses petits soin. Il ne comptait pas non plus froisser la cliente, et se devait d’être poli et courtois envers elle.

« - Vous la trouverez ici. Ce sont les prix pour cent grammes mais évidemment, vous pouvez en acheter la quantité qui vous convient. »

Il la laissa parcourir la liste de ses produits sans la quitter du regard. Il attendit patiemment qu'elle eut fait son choix



Revenir en haut Aller en bas
Sorcier
Lysiopé Steiro
avatar


Messages : 113





Feuille de personnage
But sur Amarth: Voir ou ses pas la mène.
Localisation actuelle: Rodord
Inventaire:






MessageSujet: Re: La courbe des prix... [PV Elil]   Mer 7 Aoû - 14:56

Bien sûre qu’il s’excusa pour son comportement c’était un vendeur et elle une potentielle cliente, il devait la flatter c’était son métier. Luka avait vu sa cousine, ses frères et son père faire chez elle à Erûme, en toute objectivité elle n’était pas une formidable vendeuse, elle n’aimait pas s’expliquer et mis à part elle, elle ne savait pas mettre en avant. Quand elle lui demanda la liste le jeune homme (car il n’était pas très vieux, enfin à ses yeux), la lui tendit un peu étonné et ses yeux bleu brillèrent un bref instant de malice. Lyse l’aurait aimé un peu moins distant, la flatterie pouvait très bien marcher sur elle selon comment elle était mise en œuvre. Tranquillement elle examina la liste, Lyse n’avait pas le moindre problème concernant la lecture, c’était son écriture qui n’était pas des meilleures, maladroites et souvent pleine de faute. Lyse écrivait peu, elle transmettait des messages, points barre. La façon de présenter les prix la fit un peu froncer les sourcils, mais elle était cachée derrière sa liste. Chez elle on présentait rarement les choses ainsi, les commerçants se contentait de mettre leurs produits et marchandait les prix à la tête du client. Cela la déstabilisa un peu, comment pouvait-elle négocier à présent ? Puis elle n’avait pas besoin de forcément d’aussi grosse quantité, pour certain produit quelques grammes lui aurait suffi. Sa tête se pencha légèrement, elle était perplexe, finalement elle rendit la liste.

- Je ne compte pas acheter cent grammes à chaque fois, c’est possible ? fit-elle avec certainement un peu de naïveté au sujet des mœurs marchande d’Illasque. Je me sers d’épice pour des sciences médicinales, il me suffit parfois d’infime dose pour concocter un remède, parfois 10 grammes c’est suffisant, vous comprenez ? En gros il me faudrait de  l’anis étoilé, de la coriandre, du gingembre, du piment, du poivre, de la citronnelle, de la cannelle, de l’ail…

Lyse se sentit mal à l’aise, elle avait l’impression de passer pour une idiote ou une étrangère, mais elle ne voyait pas de quel elle pouvait prétendre venir. Lyse n’avait pas encore beaucoup voyagé et ce marchand d’épice probablement beaucoup pour pouvoir récolter ses produits. En entrant elle était persuadée que ce serait facile, mais l’aptitude professionnel d’Elil la complexait, chez elle la vie était si rude, les hommes n’étaient pas aussi « « délicat » entre eux, c’était vraiment plus simple. La sorcière mordilla sa lèvre inférieure, puis finit par se reprendre. Il n’y avait plus qu’à attendre la réponse à sa question pour poursuivre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞













MessageSujet: Re: La courbe des prix... [PV Elil]   Sam 7 Sep - 15:01

Le marchand avait mis ce système en place pour se libérer de l’anarchie du marchandage et aussi par soucis d’équité entre les clients, bien sur, ‘était indicatif et le marchandage était encore présent, surtout pour les gros clients qui méritait d’être fiéliser, des cadeaux pouvait alors leur être fait. Enfin cadeau était une facon de parler car le vendeur d’épice se faisait de toue façon de jolie marge sur ses ventes. Seulement, c’était sans considérer le train de vie du jeune homme et de ses compagnons qui voyageait tant pour fournir chaque coin de Mirilya, d’Herenia et de Machtar de tous les épices éxistant sur les territoires humain des terre d’Amarth royaume, se procurant ceux des îles au ports. Ainsi on ne se plaignait plus qu’il accorde certain privilège à certaine famille plus qu’à d’autre selon la capacité de celle-ci à marchander pplus ou moins bien. Dans les faits, évidement, les prix inscrits n’était pas toujours respecter car certain clients bénéficiait d’avantage en marchandant parce que la stratégie commerciale exigeait de tel geste de la part des marchand. Mais avec les nouveau clients, c’était souvent respecter, déjà car ceux-ci ne se rendait pas souvent compte de la valeur des épices et que ces indication le leur donnait et deuxièmement pace qu’il se trouvait souvent bloquer par l’ecrit qui rendait bien plus officiel le prix qu’une simple parole du jeune homme. C’était donc un système emplit de raison pour le commerce d’épice.

Toutefois son interlocutrice avait l’air perplexe face à cette liste. Elle lui expliqua qu’elle ne comptait pas acheter cent gramme à chaque fois. Elle utilisait les epices pour des sciences médicinales, elle avait besoin de dose parfois infime pour concocter un remède et 10 grammes pourraient être suffissant pour cela parfois.Elle lui demanda si il comprenait. Il rit doucement de cette question, il en avait conscience, c’était même rare qu’un particulier lui achete 100 grammes d’une épice en poudre. Elle commenca alors à décrire la lste de ce qu’il lui faudrait, et il fut étonné par la richesse de celle-ci. En effet, pour 100 grammes de chacun, même payé par la famille Waldemar, il doutait qu’ils ait un si gros budget épice.

Le jeune homme la sentit mal à l’aise, ce qui le fit rire doucement. Il lui sourit pour la détendre. Elle semblait novice dans l’achat d’épice, ou de toute marchandise sur Mirilya. Il avait déjà remarqué qu’elle parlait d’un accent nordique, il se demanda d’où elle pouvait venir, mais ne ui posa pas la question, préferant se concentrer sur la vente de ses marchandises. Il ne voulait pas avoir l’air de profiter de son air étranger.

« - Ne vous inquiétez pas, comme je l’ai dit, c’est tout à fait possible d’en acheter des quantité moindre, jusqu’à 5 grammes si vous le désirez. C’est juste à titre indicatif, ne vous en faite pas. »
Il lui sourit d’un air confiant.

« -Pour de la médecine, je vois, effectivement alors, vous n’avez pas besoin de grande quantité, enfin habituellement en tout cas. Je n’aurais jamais penser que vous étiez docteur. »
Dit il avec une certaine admiration, décidément cette jeune femme était bien étonnante. Une idée lui traversa l‘esprit, bien qu’il la trouvait ridicule de ce qu’il savait, et aussi parce qu’il connaissait bien le médecin des grandes familles, qui était souvent eux aussi d’importantes fortunes de la ville. Peut être était elle la pour le seconder, ou bien simplement le médecin particulier de Torrhen Waldemar… cette amante qu’on lui attribuait.

« -Rassurez moi, ce n’est pas pour un membre de la famille Waldemar que vous avez besoin d’ingrédient pour un remède, je n’ai pas entendu dire que l’un d’entre eu était malade. Enfin, je suppose que ca releve du secret professionnel. Bon, je vais commencer par vous servir, on verra pour le prix après, est ce que cela vous va ?»

Il prit des sachets et une cuillère qui lui permettait de mesurer approximativement la quantité de ses produit. Il s’attela à servir la jeune femme de tout les produits dont elle avait demander, réclamant à chaque fois la quantité qu’elle souhaitait de celle-ci. Il déposait tous les petits sachet auprès de la balance. Il estimait toujours du prix de ce qu’elle demandait pour qu’elle puisse avoir une idée du total et ajusté selon son budget et ses besoins ce qu’elle demandait.



Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞













MessageSujet: Re: La courbe des prix... [PV Elil]   




Revenir en haut Aller en bas
 

La courbe des prix... [PV Elil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Remise des Prix à la VBM
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Un Prix Nobel Controversé, mais pas Embarrassant
» Prix du petrole a travers le temps
» Liste et prix des équipements communs et rares.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d’Amarth ::  :: Archives & Oubliettes :: Rp-
Sauter vers: