Partagez | 
 

 Arlyon Shelran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❝ Invité ❞













MessageSujet: Arlyon Shelran   Ven 9 Aoû - 19:46


Arlyon Shelran


feat. Jeremy Irons


Identité


Âge: 114 ans
Lieu de naissance: Illasqûe
Sexualité: Mâle
Appartenance: Ordre
Particularité: Arlyon porte des petites lunettes en raison d'une myopie assez faible. Il porte toujours des habits richement décorés malgré leur sobriété lorsqu'il est dans son manoir ou à la cour mais s'aventure parfois sous les traits d'un quelconque colporteur dans les rues de la capitale.
Métier: Membre de l'Ordre

Opinions


Votre position vis-à-vis de l'Ordre:

L'Ordre représente tout pour Arlyon. Son père avant lui en était membre. Et lui-même a repris le flambeau. Aussi était-il digne de confiance pour ses confrères malgré leurs divergences potentielles.

Dragons, Sorciers, Elfes, Humains... vos opinions par rapport à eux:

Arlyon a toujours considéré les Dragons comme étant une race supérieure que l'Humanité devait traiter avec déférence et respect. Il n'a jamais été favorable à ceux qui les traitaient comme de simples bêtes. Cette vision est renforcée par leur accès à la magie.

Les sorciers représentent une énigme que le stratège aimerait beaucoup résoudre. Leurs capacités offriraient des perspectives plus que fascinantes pour le membre de l'Ordre. Il rêverait d'en avoir un pour allié.

Les Elfes, en raison de leur neutralité choisie, ont froissé quelque peu l'orgueil du stratège qui pensait voir en eux des alliés affirmés. Aussi pense-t-il devoir se déplacer lui-même chez eux pour les amener ( éventuellement ) à revoir leur position.

Quant aux Humains, on y trouve de tout et tout dépend de chaque individu. Ils traitent simplement les rebelles comme des enfants capricieux. Et ceux qui sont fidèles à l'Ordre sont juste des sujets loyaux.

Histoire


Savez-vous ce qui importe plus que le pouvoir ou que l'argent ? Rien. Absolument rien. D'aucuns prétendent que l'honneur, l'amour, la gloire sont de véritables valeurs qu'il faut développer. Heureux les simples d'esprit. Un homme honorable qui se refuse à abattre son ennemi par tous les moyens est un homme mort. Celui qui sait se fourvoyer, celui qui ose ensanglanter ses mains est une personne honnête. Autant envers lui-même qu'envers le reste de l'humanité. Nous autres sommes des animaux. Regardez deux hommes se battre pour une femme. Vous verrez la même chose chez les chiens. J'espère ne pas être ainsi. Car les bas instincts qui sommeillent en moi, j'ai choisi de les dompter, de les domestiquer. Afin que mon esprit soit toujours le plus affûté possible. Jamais je ne renoncerai aux rênes de l'État, quitte à les partager.

Quand j'étais enfant, l'une de mes passions qui me poursuit encore à l'heure actuelle était la lecture. Entasser les ouvrages traitant de sujets aussi divers que variés est une habitude depuis mes plus jeunes années. Mon précepteur lui-même avait du mal à me faire décrocher d'un excellent tome pour suivre les leçons que mon père avait préparé à mon attention. Loin d'être fatigué ou désintéressé de ses heures d'étude, je me passionnais pour tout. Mais surtout pour la magie. Il n'y avait rien de plus fascinant pour un jeune garçon que d'imaginer les colonnes de feu infernales, les vagues d'énergie mystique qui balayent des armées entières ou encore l'invocation d'entités qui n'avaient rien de commun à notre monde. Et les dragons bien sûr.

Je savais que je deviendrais un des privilégiés qui bénéficient de la compagnie de cette auguste race. J'étais le fils aîné de l'un des membres de l'Ordre. Et celui-ci, mon père, était ni plus ni moins que Radylh Shelran, l'un des esprits les plus retords de l'Histoire. Ainsi le présentait-on aujourd'hui dans les rues d'Illasqûe. Il m'arrive parfois de me mêler au peuple sous l'aspect d'un prêtre errant ou d'un colporteur. Il est intéressant de voir ce que pensent les gens du commun. Bien qu'ils soient dans l'erreur la plupart du temps.

Lors de mon enfance, je jouais peu. De temps à autre, je me faufilai malgré la surveillance de mes nurses et m'insinuai dans les coursives et salles de tout le manoir familial. Et celui-ci était aussi immense qu'ancien. Parfois je me cachais derrière les colonnes de marbre noir qui s'élevaient dans la salle principale – d'aucuns l'appellent la salle du trône, à juste titre si l'on prend en compte le siège curule sur un promontoire. Je regardai avec avidité et envie les grands de ce monde qui rendaient visite à Sire Radylh. Je n'allais pas tarder à entrer dans ce monde d'intrigues et de convenances.

On me dit des plus respectables. Enfant de bonne famille, toujours respectueux, toujours le meilleur hôte, protecteur des arts et des artisans, Arlyon Shelran est un gentilhomme dit-on. Et pourtant, je suis capable de tuer un homme sans sourciller. J'ai même ordonné le meurtre d'un garçonnet. Je dois avouer que ce geste a été motivé par la peur de voir l'État péricliter. Si ce roitelet ridicule avait été intronisé, combien de rebelles auraient saisi les armes pour renverser l'autorité ? Qui sait, peut-être les paysans eux-mêmes auraient choisi de s'autoproclamer souverains... Après tout, si un roi se trouve couronné sans dragon, n'importe qui pouvait se prétendre roi. Et là est le problème.

Je ne pense pas être mauvais. Je fais mon possible pour que le pays aille au mieux. Rien ne m'est plus cher que l'ordre et la paix publique. Sans cela, il ne peut y avoir de sécurité, de quiétude, de prospérité. Certes des sacrifices sont nécessaires. Un peu de liberté, un peu plus d'argent et beaucoup de confiance. Mais après ces dons, nous arrivons enfin à l'idéal du pays utopique. Du moins ce qui s'en rapproche le plus.

Mon œuf me fut remis à l'âge de douze ans. J'étais suffisamment initié à la politique à cette époque pour comprendre que ce serait un grand moment. Déjà une fête avait été préparée pour l'occasion. Mais la fête n'a aucun intérêt seule. Je pense que c'est avec l'éclosion de Hayka que je connus ma première et seule amie. Cette petite dragonne, comme une petite statuette d'obsidienne, me regardait avec des yeux intelligents. Et je sus à cet instant que nous serions inséparables. Elle me comprenait et inversement. Lorsqu'elle grandit – plus rapidement que moi, c'est un fait –, elle fut l'interlocutrice privilégiée qui combla le vide de mon entourage. Elle occupe désormais la place qui était réservée à Kyrron, le dragon de mon père. Le hall avait été aménagé en ce sens depuis des générations. La vaste coupole qui dominait le manoir permettait au dragon de s'envoler dans n'importe quelle direction. Je ne fais confiance qu'à elle.

Mon père mourut alors que j'avais quarante-sept ans. J'étais alors officier dans l'armée, je dirigeais à plusieurs régiments. Et lors de son décès, on me rappela à Illasqûe. Je savais ce qui se passerait. Et tout était prêt dans mon esprit. Mon frère unique, Myleon, aurait volontiers pris ma place si je ne lui avais pas fait comprendre que sa vie ne dépendait que de mon bon vouloir. Il se savait plus faible que moi. Et moins retors. Myleon avait cette fâcheuse tendance à se lier d'amitié avec ses camarades à l'armée. Il entra en religion peu de temps après. Inutile de dire qu'il m'en veut. Mais il sait qu'à jamais sa vie m'appartenait. Nos sœurs n'avaient rien à redire à la situation. Deux d'entre elles étaient mariées. La dernière ne tarderait pas. Et elle vivait d'ores et déjà chez son fiancé.

Mes premières années dans l'Ordre furent une succession de tests, de piques, d'assauts fantômes pour connaître mes faiblesses. Ils ont parfois eu quelques succès. Mes « confrères ». Ironique, n'est-ce pas, que ces gens soient plus proches de moi que quiconque et pourtant que nous rivalisions les uns les autres pour voir si un adversaire n'allait pas craquer ? Puis vint une sorte de routine. Toutes sortes de problèmes à régler... Des responsabilités et des risques. Mais je ne regrette rien. Le pouvoir ouvre toutes les portes. Et j'aime tout contrôler.

La rébellion ne m'a pas surpris. Pas plus que quiconque dans l'Ordre je pense. De nous tous, le traître était le moins enclin au coup d'état. Allez lui proposer d'assassiner l'enfant qu'il se soulevait contre la décision. Ah, le manque d'opportunisme était une tare pour un dirigeant. J'attends bien de voir ce qu'il fera de cette « rébellion » ridicule. Si mes confrères le veulent bien, je serai heureux de m'occuper moi-même d'y mettre fin. Depuis la fuite du traître et de son pupille, celui-ci est devenu adulte. Il comprendra sans doute les raisons qui nous ont poussé à agir. Et peut-être pourrons-nous lui trouver un poste intéressant dans l'administration.

J'ai passé ces dernières années à traverser le royaume d'un bout à l'autre. Hayka m'accompagnait partout bien sûr. Je voyais bien entendu la situation devenir difficile pour certaines tranches de la population. Lorsqu'ils seront écrasés, je pense offrir aux rebelles une possibilité de rejoindre le royaume. Une guerre civile n'a jamais servi aucune nation. En ce moment, je regarde Illasqûe s'endormir et les lueurs des torches illuminant peu à peu les rues de la ville. Ah, il fait si bon avoir le pouvoir.

Soi réel



Code du règlement: Winter is coming
Pseudonyme: Tryska
Comment avez-vous connu ce forum: On m'a corrompu, c'est honteux !
Autre chose ?: Peu de choses malgré quelques fautes d'orthographes; rien de grave. ;)



LES TERRES D'AMARTH soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif






Dernière édition par Arlyon Shelran le Jeu 15 Aoû - 19:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞













MessageSujet: Re: Arlyon Shelran   Ven 9 Aoû - 19:54




Détermination de Dragon





Partie 1



Vous etes avec un groupe de personne et vous voulez faire valoir votre opinion. vous:

  • Faites un discours rhétorique comme le ferais un avocat pour convaincre quelqu'un


Quand vous êtes en colère, la première chose que vous faites est:


  • Sortez dehors pour vous changer les idées


Vous êtes avec un ami et celui-ci dit ou fait quelques chose de déplacé. Vous:


  • Utilisez la situation pour la tourner en blague


Vous êtes avec une personne du sexe opposé qui vous interesse. L'un(e) de vos proche arrive et se met le (la) courtiser.

  • Vous tentez de chasser votre ennemi en lui faisant croire que cette fille (gars) n'est pas pour lui


Choisissez le mot qui vous convient le mieux:

  • Manipulation



Partie 2


1. Trois mots pour me décrire:

▲ perfectionniste, organisé(e), raffiné(e).

2. La peur qui me tient éveillée la nuit:

▲ trahir mes convictions profondes.

3. J'apprends que mon/ma partenaire me trompe.

▲ J'attends le moment opportun pour aborder froidement la question.

4. Lorsque je suis fatigué(e), frustré(e) ou stressé(e),

▲ je deviens critique et rigide.

5. Je souffre, en général,

■ de maux de tête, de vertiges, de tensions dans le cou et aux épaules.

6. Ce qu'on lira sur ma pierre tombale:

■ «Il/Elle a eu une belle carrière.»

7. Si j'avouais mon talon d'Achille, ce serait

▲ mon ambivalence entre mes envies de fantaisie et mon besoin de rectitude.

8. On fait le plus souvent appel à moi pour

■ retrouver son courage et sa motivation.

9. Mon énergie au quotidien est

▲ stable et puissante.





LES TERRES D'AMARTH soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif







Dernière édition par Arlyon Shelran le Sam 10 Aoû - 19:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
dragonnier
Torrhen Waldemar
avatar


Messages : 191





Feuille de personnage
But sur Amarth: Vivre et non subir
Localisation actuelle: Eldalië, Lirûlin
Inventaire:






MessageSujet: Re: Arlyon Shelran   Ven 9 Aoû - 20:07

Oh qu'il est classe ! Jeremy Irons à l'Ordre, ça pète.

Bienvenue à toi dragon rouge